Presse

Izza Genini et Aïta

L’institut français de Casablanca a programmé un cycle de films documentaires de Izza Genini.

L’amour de cette dernière pour son pays n’est un secret pour personne. Née à Casablanca en 1942, en 1960, elle a émigré avec ses parents en France. Inscrite à la Sorbonne, elle y suit des cours de langues orientales. Au début des années 70, elle est nommée directrice du club 70 pour le 7e Art... Depuis 1978, Izza Genini fait découvrir à travers ses documentaires, les trésors de ce Maroc multiculturel. La série de films documentaires réalisés entre 1978 et 1992, entre autres : « Retrouver Ouled Moumen (Prix du Festival du film d’Histoire, Pessac 95), « Pour le plaisir des yeux... », « Lettre à Rita » prouve ce lien de respect mutuel entre les Marocains de confession musulmane et juive.

Cet artiste engagé n’arrête pas de mettre en relief la particularité et la diversité culturelle et musicalle marocaine à travers des films comme : Aïta (hommage à Fatna Bent El Hocine- 26 mn), « Vibrations du haut-Atlas » et « Nuptiales en moyen Atlas » qui seront d’ailleurs projetés le 23 novembre au théâtre 121 de l’Institut français de Casablanca. A souligner que la réalisatrice a produit d’autres documentaires, entre autres : « Des luths et délices », « Gnaouas », « Rythmes de Marrakech », « Melhoun »... « Chants pour un Shabbat ».
Copyright 2007 | Crédits